Pénurie de containers, COVID19, comment se profile cette fin d’année ?

Sans réelle surprise, la pénurie de containers est restée constante tout comme les taux de frets qui ont maintenu une tendance à la hausse. Même si les contraintes sanitaires, suite à l’arrivée massive des vaccins, sont devenues moins restrictives, on ne peut pas dire que nous sommes pour autant sortis de la crise.

A quoi devons-nous nous attendre pour cette fin d’année ?


Des achats de Noël menacés ?

Ces dernières semaines, la période estivale s’est retrouvée fortement chamboulée suite aux fermetures de terminaux sur la zone de Ningbo, en Chine, et pour cause. Des cas de clusters de la COVID-19 ont été détectés et les autorités ont pris des mesures drastiques à ce sujet, fermant ainsi sans ménagement les terminaux concernés.

Ces fermetures ont, par corollaire, entraîné des perturbations dans les rouages de la mécanique logistique chinoise. Il faut dire que la Chine ne rigole pas avec le virus. De nombreux ports exigent de la part des navires qui accostent qu’ils montrent patte blanche (certificats de santés, tests négatifs, etc…). Et s’ils viennent d’Inde, ils sont mis en quarantaine systématiquement durant 2 à 4 semaines par mesure préventive.

Néanmoins, c’est avec étonnement que l’on s’est aperçu que les fermetures n’ont pas entrainé le chaos attendu, bien que de nombreux ralentissements et annulations d’escales aient eu lieu. Les équipes en place dans les autres terminaux ont su s’adapter rapidement aux détournements de flux pour colmater au mieux la brêche, amoindrissant ainsi l’impact sur la supply chain mondiale.

Il ne faut toutefois pas crier victoire trop vite. Si la Chine a su minimiser l’impact, il y a tout de même des répercussions en pleine rentrée, période phare dans les commandes, qu’elles soient liées aux fournitures scolaires ou aux stocks pour les achats de Nöel.

Il faut ainsi s’attendre à ce que les flux de transports habituels restent perturbés à moins que d’autres solutions puissent être trouvées pour pallier les éventuels retards à venir et satisfaire une demande exponentielle depuis le début de la pandémie.


Quand Walmart emboîte le pas de Home Depot

Nous l’avions évoqué lors d’une actualité précédente, la chaîne de magasins Home Depot, voyant ses rayons se vider plus vite qu’ils ne se remplissent, a pris le taureau par les cornes et a affrété elle-même un navire pour approvisionner ses magasins américains.

La situation restant toujours bloquée, c’est au tour du géant Walmart de suivre l’exemple de Home Depot en affrétant à son tour des navires afin d’alimenter lui aussi ses quelque 4 800 magasins répartis sur le territoire de l’Oncle Sam.

Le géant américain a dores et déjà effectué deux voyages et il ne semble pas tendre à cesser ses rotations. Dans un registre similaire, la société Canadian Tires a pris des participations à hauteur de 25% dans le terminal de Ashcroft en Colombie Britannique dans le but de faciliter sa logistique et, cela va sans dire, d’éviter une forte dépendance envers les terminaux tiers qui seraient bloqués ou surbookés par des dérèglements logistique du même acabit que ceux que nous connaissons actuellement.



Quelles tendances sont à prévoir ?

Home Depot, Walmart ou encore Canadian Tires ne sont sans doute que les précurseurs d’une tendance qui se dessine chez d’autres grands groupes, désireux de gagner en indépendance. Cette crise sanitaire et donc, par conséquence logistique, a permis de mettre en lumière à la fois la trop forte dépendance vis à vis de la Chine mais également la grande dépendance des entreprises aux armateurs et aux terminaux.

Si, à l’heure actuelle, aux yeux du grand public, ces affrètements par les groupes de distributions de vecteurs de la chaîne logistique passent pour anecdotiques et temporaires, ils pourraient bien donner des idées à d’autres géants désireux de gagner en indépendance. Ces récents affrètements par des géants de la distribution mondiale illustrent bien le fait que les chargeurs ne souhaitent pas rester attentistes et sont capables de donner des sueurs froides aux armateurs.

Malgré cela, la plupart des sociétés mettent leurs clients en garde sur les rallongements de délais et les invite, cette année encore, à anticiper au mieux leurs commandes s’ils veulent être dans les temps pour les fêtes de fin d’année. La question à se poser enfin est que si déjà 3 grands groupes ont pris les devants, donnant sans nul doute des idées à d’autres, il est probable que pour ne pas perdre de grands comptes, les armateurs, qui annoncent des records jamais établis de profit, aient à consentir des efforts tarifaires pour limiter l’évaporation de leurs grands comptes. Que ce soit par une consommation plus locale, des délocalisations massives de Chine, l’utilisation de moyens multimodaux jusque-là moins prisés ou encore, comme nous en parlions, l’investissement massif pour une indépendance logistique maximum pour les plus costauds, des changements sont à l’oeuvre.

Il va sans dire que l’année 2022 qui s’avance nous réserve encore des surprises.!


Actualités Voir toutes les actualités

Container-Z et Adinox s'associent !

Chers clients, chers partenaires, nous sommes fiers de vous annoncer l’alliance de ContainerZ et de la société Adinox, spécialisée dans la chaudronnerie inox et aluminium, dans la fabrication de machi...

En savoir +